Comment choisir un micro pour chanter, quel type, quel budget ? Voici qq éléments pour faire votre choix, selon vos objectifs. Les cours de chant, ça sert aussi à ça.. et bien choisir un micro, participe aussi au fait d’apprendre à chanter.

Vous voulez chanter plus juste ?
Recevez gratuitement votre premier COURS DE CHANT

Un micro pour chanter… quel objectif

 

Selon que vous voulez vous enregistrer chez vous, ou que vous vous orientez essentiellement vers la scène, ou encore plus simplement pour uniquement des répétitions, que ce soit dans un garage ou dans votre chambre, vous ne choisirez pas le même micro pour chanter.

Que ce soit pour des raisons de sensibilité, de pratique,… et/ou de budget.

Voici quelques précisions pour mieux choisir votre micro (vous trouverez plus bas sur cette page la transcription de la vidéo,si vous préférez lire plutôt qu’écouter ou regarder).

 

Déborah Adam, coach à la vie comme à la scène, dans le 68 : www.deborahadam.com

 

Pour visionner les 3 autres parties de cette série de 4 vidéos :

 

 

Pour aller plus loin, suivez-moi encore cette page.

 

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
 » COMMENT ÊTRE FIER(E) DE VOUS QUAND VOUS CHANTEZ !!! « 
Pour faire RAPIDEMENT des progrès audibles,
TÉLÉCHARGEZ ICI
« Les 7 conseils indispensables pour bien chanter »
_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Auteur : Bruno Da Sylva

– Transcription de la vidéo –

 

Bonjour,

Je vais vous parler des micros, des micros que l’on utilise quand on est chanteur, quand on est chanteuse, quand on fait de la scène ou que l’on fait du studio, que l’on enregistre des maquettes, que l’on a un peu d’argent, que l’on a pas beaucoup d’argent, et pourquoi on va choisir plutôt l’un ou plutôt l’autre.

Donc, voila, je vais vous parler de cela.

Je vais vous parler également du phénomène du « larsen », qui est un problème qui est quand même un petit peu dans la même tonalité que les micros, et c’est toujours important d’avoir une petite idée de à quoi c’est dû, ce phénomène que l’on appelle le « larsen ».

Comment il se provoque et comment on peut l’éviter, évidemment.

J’enregistre cette vidéo à la demande de ma collègue, de ma confrère (je ne sais pas comment il faut dire exactement), et néanmoins peut-être future amie.

En tout cas, elle s’appelle Déborah ADAM, elle est prof de chant, elle est coach vocal.

Elle officie dans le HAUT-RHIN, c’est-à-dire en Alsace, mais au sud de l’Alsace, et elle fait plein de vidéos qui sont super sympas, et qui vous aideront dans un tas de cas de figure.

Je vous engage vraiment à aller les consulter.

Moi, j’ai beaucoup aimé l’esprit dans lequel elle tourne, et sa compétence avérée.

Alors, ça, c’est une chose.

Elle m’a demandé, elle m’a suggéré de faire cette vidéo concernant un sujet qui n’est pas très souvent traité, que ce soit dans les cours de chant physiques ou dans les cours de chant en vidéo, sur internet, et pourtant qui est quand même relativement important : ce sont les micros.

Alors le choix des micros, le prix des micros, le principe, un petit peu, des micros, et l’effet larsen : pourquoi, comment, comment on l’évite.

Voila un sujet globalement que je vais traiter donc là sur les quelques minutes qui suivent.

Alors pourquoi moi ?

Pourquoi c’est moi qui vous parle de ça ?

Bien, c’est très simple.

Alors, je vais me présenter.

Je m’appelle Bruno DA SYLVA.

Je suis aussi prof de chant, coach vocal.

Tout ça, mais là, ce n’est pas le propos pour cette vidéo.

Ce qui est important, c’est que, avant, il y a un certain nombre d’années, je dirigeais un studio d’enregistrement, un gros studio d’enregistrement à STRASBOURG.

J’étais ingénieur du son pendant une quinzaine, vingtaine d’années, et j’ai eu évidemment l’occasion d’utiliser un certain nombre de micros, de travailler avec un certain nombre de chanteuses, de chanteurs.

D’ailleurs, à l’époque, je faisais déjà du coaching vocal, sauf que je ne le savais même pas.

Ce que je veux vous dire, c’est qu’il est important de savoir quel micro on va utiliser, pourquoi on va l’utiliser et dans quel cas ça vaut le coup d’investir, ou pas, ou plus, ou moins, une certaine somme d’argent dans tel ou tel micro.

Je vais vous expliquer cela.

Il faut savoir qu’il y a trois types de micros :

Il y a d’un côté, les micros qui sont ceux que l’on utilise sur scène d’une façon générale, qui ne sont pas trop sensibles , qui sont solides et qui ne sont pas trop chers (ça reste relatif, évidemment).

Il y a, à l’autre extrémité, les micros que l’on utilise en studio, que l’on appelle statiques qui eux sont très fragiles, très sensibles et également la plupart du temps assez chers, voir très chers.

Et il y a, au milieu, une autre gamme de micros qui s’apparente plus au côté enregistrement, sensible, mais qui n’est pas aussi subtil et qui est également moins cher que les micros statiques.

Donc, je vais vous parler de ces 3 types de micros.

Dans la partie « micro dynamique », il y a un certain nombre de marques, les plus connues c’est SHURE avec son modèle le SM58 ( 1 vidéo sur 2 de scène, que vous voyez, c’est ce micro qui est utilisé).

Il a l’avantage d’être relativement peu cher.

Il est en-dessous de 100 €.

C’est un micro relativement passe-partout.

Il y a des gens qui ne l’aiment pas trop, parce qu’il décolore un petit peu, des fois, la voix.

Il n’est pas très pointu au niveau du spectre de fréquences, mais voilà, ce n’est pas son propos.

Son propos, c’est que globalement, il fonctionne bien.

Il fonctionne longtemps.

Vous pouvez le laisser tomber par terre, normalement, il ne va pas broncher.

Eventuellement, la grille va s’abimer un petit peu, mais le micro va continuer à fonctionner.

Et puis vous aurez quelque chose de relativement moyen, sans investir trop, en étant sûr de ne pas faire une boulette dans votre budget.

Voilà, ça, c’est le SM58.

Alors il y a évidement pleins d’autres.

Il y a de grandes marques comme (je ne vais pas toutes les citer) SENNHEISER, BEYER, AKG.

Voilà, des micros il y en a des tonnes et des tonnes.

Mais le principe, c’est le micro dynamique.

Il a ses caractéristiques dont je vous ai déjà parlé, et il capte le son dans une sphère autour du micro qui n’est pas très importante.

C’est-à-dire, si vous êtes à plus de 10 cm du micro, il ne va quasiment rien capter, sauf si vous avez vraiment la patate, vous avez beaucoup de voix.

Mais d’une façon générale, vous allez quand même vous rapprocher pour chanter dans ce micro.

Voilà, ça, c’est l’essentiel.

Alors après vous allez peut être voir des fois des effets de scène….

 

Pour visionner les 3 autres parties de cette série de 4 vidéos :

2ème partie : Comment choisir un micro pour chanter-2

3ème partie : Comment choisir un micro pour chanter-3

4ème partie : Comment choisir un micro pour chanter-4

 

Et vous ?

 

choisir un micro pour chanter

 

Avez-vous déjà votre micro pour chanter ? Avez-vous déjà chanté dans un micro ?

Pensez à vous abonner dès maintenant au blog et pour vous remercier de votre lecture et de votre confiance, je vous offre 7 cours de chant ( il vous suffit de laisser votre email dans le formulaire en haut à droite de cette page, simplement pour que je puisse vous les envoyer) et à la chaine YouTube, et recevez déjà de nombreux conseils pour bien démarrer ou progresser dans votre chant.

Et pour apprendre à chanter, et bien chanter, et progresser plus vite, suivez ce lien… et économisez du temps et de l’argent.. beaucoup de temps et d’argent !!!

Pas assez CONFIANCE EN TOI ?

Pour ne plus jamais avoir le trac et la peur au ventre...
Passe à l'action ! Clique ICI